le billet gagnant

ball-165958_960_720.jpg

Willy avait gravé le numéro dans sa mémoire. Il a vidé les poches de son pardessus pour retrouver le billet. Il a découvert un trou dans une poche, mais rien dans la doublure. Il a aussi vidé tous les tiroirs, toutes les armoires et tous les autres meubles de son appartement. Il est retourné sur ses pas, en scrutant le sol jusqu’au bar-tabac. Il est revenu à son domicile, avec le même acharnement.

Un de ses voisins, qu’il ne connaissait pas, Max, regardait les résultats du tirage à la télé : encore perdu ! Du morceau de papier, il a fait une boulette, qui est allée rejoindre ses semblables derrière le téléviseur. Sur la table basse, de ce qui aurait pu être un salon, il accumulait des canettes vides et divers emballages gras de ses précédents repas. Il était avachi sur le canapé, ivre de contrariétés diverses. Il finit par s’effondrer dans un horrible cauchemar.

Willy ne pouvait pas dormir. Il recommença à tout vider chez lui, et à arpenter le trottoir en long, en large, en travers, et en aller-retour jusqu’au bar fermé. La lumière de sa lampe de poche balayait rageusement le macadam. Fouillant de nouveau les placards, il trouva des somnifères oubliés par sa femme. Elle l’avait quitté en claquant la porte, il ne se souvenait plus trop depuis quand, ni pourquoi. Il avala deux comprimés, avec un fond de whisky : pas de mauvais rêves, juste un sommeil de plomb.

Max s’est réveillé la bouche pâteuse. Il s’est douché sans eau chaude, et en grommelant des injures. Il est allé au frigo pour prendre son petit déjeuner mais il n’y avait plus de bière. La journée s’annonçait mal ! Il a enfilé son pardessus pour descendre au bar. Un nouveau désagrément : il ne retrouvait plus le trou de la poche droite où il aimait plonger son index. Dans la poche gauche, il trouva un billet de loterie dont le numéro lui évoquait un souvenir important, et ceci malgré le brouillard de ses pensées. La journée ne serait pas triste et ennuyeuse tout compte-fait. Il allait payer ses dettes et on ne lui prendrait pas son bien le plus précieux : sa jolie Phillips.

Willy était au bar. Il n’avait pas pris la peine d’enlever son pardessus, malgré la chaleur du lieu. il buvait cafés sur cafés en tremblant. Max s’est glissé à côté de lui pour réclamer une bière et son gain. Les deux hommes se sont très vite affrontés du regard.

Ils se sont, ensuite, battus sur le trottoir jusqu’à pas d’heure, et jusqu’à ce que mort s’en suive. La police est arrivée trop tard. La tête de Max a heurté un bloc de pierre qui lui a ouvert le crâne. Willy s’est pris un mauvais coup de couteau. La vie est parfois une vilaine loterie.

Unknown-2.jpeg

Advertisements

Auteur : hortenseremington

J'aime regarder, écouter, observer, essayer de comprendre, comprendre, aimer, essayer d'aimer, rêver, respirer, voir, sentir, ressentir ... Je suis comme tout le monde.

1 réflexion sur « le billet gagnant »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s