La maison au ragoût

Unknown-3.jpeg

Elle était assise devant la fenêtre ouverte, face au jardin. Elle pensait aux papillons. Il était affalé sur le fauteuil usé du salon. Elle osa :
– Les papillons ont-ils une âme ?
Et voilà, elle recommence, se dit-il. Il soupira :
– Passe-moi plutôt mon journal !

Elle l’agaçait avec ses histoires d’âme. Elle aurait mieux fait de lui préparer un ragoût au lieu de rester là, à gober les mouches. Le ragoût d’agneau, c’était fini depuis qu’elle avait décrété que les moutons avaient une âme. Et elle, est-ce qu’elle en avait une ? Ça faisait un moment qu’il rêvait qu’elle disparaisse. Sans le ragoût de leur jeunesse, la vie n’était rien. Et moi ? Et si j’avais une âme ? Quelle serait la suite ? Pas simple, autant ne plus y penser ! Il se leva sans rien dire, prit son journal et ferma la fenêtre.

 

images-3.jpeg

C’était lundi, jour de lessive, elle accrochait le linge. Il y avait le vent venant du sud, ça allait sécher vite et bien. Peut-être n’aurait-elle même pas besoin de le repasser. Il fallait aussi faire les confitures, sinon les fruits allaient pourrir, et puis préparer le ragoût que son défunt mari adorait. Paix à son âme, mais bien fait pour lui ! Elle n’avait plus le temps de rêver à la fenêtre depuis son départ. Elle se sentait libre, et vivre, au point d’aller au bal de la Saint-Jean dans sa robe au parfum d’aventure.

C’était lundi, un jour comme les autres, où il ne se passait rien. C’était d’un ennui mortel en enfer ! Son sort avait été décidé par Saint-Jean. Il devait errer dans la maison de son vécu où se mêlaient des odeurs de confiture et de ragoût. La garce ! En ce jour particulier, le Saint eut pitié de lui. Il lui donna la chance de réparer ses erreurs passées. Ce soir, il serait de chair et d’os. Il pourrait la rencontrer à nouveau :
– Si tu réussis à l’enchanter un instant, tu pourras changer de département. Si elle retombe amoureuse, tu pourras même ressusciter.
– Ha non, pitié, revivre avec elle, c‘est pire que l’enfer !
– Réfléchis à ma proposition.

images-8.jpeg

Le voilà, à présent, assis dans la salle communale, œillet pimpant à la boutonnière. Elle arrive, légère, parfumée par le vent. Oh, mais c’est qu’elle n’est pas mal, la diablesse…  Et l’idée lui vient de la reconquérir.

Tiens, il y a un beau type assis là-bas qui me lorgne, se réjouit la belle. Soudain elle repense à Félix, là-bas au cimetière. Celui-ci paraît bien plus aimable, mais qu’est-ce qu’il lui ressemble !

Le bal terminé, ils repartent tous deux vers la maison au ragoût.

images-5.jpeg

Advertisements

Auteur : hortenseremington

J'aime regarder, écouter, observer, essayer de comprendre, comprendre, aimer, essayer d'aimer, rêver, respirer, voir, sentir, ressentir ... Je suis comme tout le monde.

3 réflexions sur « La maison au ragoût »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s