Ida

person-1097816__180.jpg

La petite fille a de grands yeux, peut-être pour mieux comprendre le monde ? Elle ne sait pas trop. Ce qu’elle sait, c’est qu’elle s’appelle Ida. En riant, elle se dit que c’est une drôle d’idée, Ida. Pourtant ses parents sont très sérieux, trop surtout.  Ce qu’elle reproche à sa maman, entre autres choses, bien-sûr, c’est qu’elle veut lui faire couper les cheveux. C’est ennuyeux. Oui, elle lui répète chaque jour qu’elle perd toujours ses barrettes, qu’elle va attraper des poux, que sa coiffure est négligée et qu’une bonne coupe lui ferait du bien.

Le secret d’Ida, hormis qu’elle apprécie les cheveux longs, c’est qu’elle aime trop les bonbons. Ida pense que tout est souvent trop. C’est peut-être à cause de ses grands yeux qu’elle voit tout très gros ? Elle a besoin de ses longs cheveux pour que maman lui achète sans cesse des pinces, des chouchous et des élastiques. Sa mère a très bon goût, elle lui trouve toujours des merveilles qui plaisent à ses copines. Alors elle les troque. En échange de quelques centimes, elle distribue les petits trésors. Sou après sou, elle a obtenu une petite cagnotte. Avec cet argent, elle s’est offert, en cachette,  cinq-cents grammes de bonbons. Ils sont si jolis avec leurs couleurs rouges, jaunes, roses et orangées. Quand elle sera grande, elle sera artiste-peintre. Pour l’instant elle est encore petite mais pas trop. Il y a seulement un mois, elle perdait les ornements de ses cheveux, pour de vrai.

Papa et maman lui interdisent de manger des friandises et on ne lui donne pas d’argent. La boulangerie est à côté de l’école. On lui a expliqué que les bonbons contiennent plein de mauvaises choses chimiques qui abîment les dents,  provoquent des allergies et à long terme, un cancer. Elle a écouté sagement. Il faut écouter les adultes. Elle s’est juste demandé comment des choses si bonnes pouvaient faire tous ces dégâts.

Les jours des anniversaires, elle a le droit d’en manger autant qu’elle veut mais il faut partager. Elle a entendu papa dire que ces gavages ponctuels semblaient judicieux. Le soir de ces journées particulières, maman lui fait boire un dégoûtant breuvage. Les grandes personnes sont bizarres même si elles paraissent raisonnables.  Et puis vient le brossage des dents. Maman met le minuteur et reste là à la surveiller : « Trois minutes ma chérie, ce n’est pas long ». Tu parles, c’est une éternité. Elle insiste : « Allez, frotte bien, en haut, en bas, au fond ».

Aujourd’hui Ida est assise sur les marches de la véranda des voisins. Ils sont partis en vacances. Elle a posé son trophée sur ses genoux. Elle savoure ce moment. Elle admire chaque bonbon au travers du gros paquet transparent. Ses grands yeux deviennent immenses. Elle a compris que dans la vie, il faut savoir contempler. C’est déjà une forme de régal ! Ses sens redoublent de ferveur, son ventre frémit et ses narines palpitent. Elle salive en humant le sac des délices. Le silence du jardin devient complice de tout ce bonheur interdit.

Cependant, très proche d’elle et sans faire de bruit, une famille entière se réjouit aussi de l’instant. Elle est prête à agir sans que l’enfant s’en soucie. C’est ce qui ravit chaque membre de cette tribu, cette inconscience du danger ! Chacun va collaborer, à sa façon et avec un machiavélisme non feint, à toutes sortes de mesquineries. Ils conspirent allégrement en attendant le moment de gloire. Tant pis si les petites filles désobéissent, ou plutôt tant mieux. Ils ont tous été reconnus par l’union européenne, ils agissent donc en toute impunité.

Ils sont tous réunis dans le paquet, sur les genoux d’Ida. Il y a les E100, colorants qui donnent de si jolis aspects à la vie. Le 104 est cancérigène, le 120 peut induire ou amplifier l’hyperactivité chez l’enfant, le 129 endommage l’ADN, le 160 provoque des allergies. Sont présents aussi les E200 qui conservent bien les choses, les E300, antioxydants qui empêchent à tous ces sournois de rancir. Le 330 est particulièrement agressif pour l’émail dentaire. Et puis il y a le 428 qui participe à la fête. Il est issu de peaux de porc d’origine douteuse. Il représente la fermeté, une espèce d’autorité. Il permet l’amalgame de tous les E. On le respecte.

Ida a tout mangé, elle ne se sent pas bien, tout à la fois coupable et nauséeuse. Elle a envie de câlins, de vomir aussi. Vite elle rentre à la maison et court dans les bras de maman. En pleurant elle lui explique qu’elle est malade et qu’il faut vite aller chez le coiffeur…

pick-and-mix-171342_960_720.jpg

Publicités

Auteur : hortenseremington

J'aime regarder, écouter, observer, essayer de comprendre, comprendre, aimer, essayer d'aimer, rêver, respirer, voir, sentir, ressentir ... Je suis comme tout le monde.

2 réflexions sur « Ida »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s