Émile

 

violet-flower-1404504_960_720.jpg

– Finis ta madeleine Émile !

– Mais maman, j’aime pas ça. Tu sais bien depuis l’temps que j‘te l’dis !

– T’as qu’à la tremper dans le lait.

Sa mère lui prépare ce goûter chaque jour. Avant c’était quand il rentrait de l’école, maintenant c’est avant d’aller au travail. Il est gardien de nuit dans une usine de bouchons.

Elle disparaît enfin dans la cuisine, elle a encore oublié la serviette de table, un rituel qu’il bénit. Il peut alors verser le liquide blanc et trop chaud dans le pot de fleurs et planquer le biscuit dans sa poche.

Ça fait cinquante ans qu’il lui offre la Saint-Paulia qu’elle pose dans la vieille soucoupe de feu la grand-mère. La plante trône imperturbablement sur la toile cirée usée par le temps et les coups de lavettes. Sur le plateau, à côté de la petite collation, il trouve immanquablement la gamelle qui avait appartenu à son aïeul. Les sempiternelles lentilles au carré de cochon et à la ferraille attendent une poubelle qu’il trouvera en sortant. Comme chaque soir, à 17 heures tapantes il a déjà éliminé une partie de ce qu’il déteste depuis toujours. Le coucou sort de sa boîte et la mère de la cuisine. Elle le félicite :

– Ha et bien tu vois que tu l’as mangée la madeleine de la tante Gilberte et vite en plus !

En fait il s’agit de la recette de la tante. La pauvre femme s’est éteinte il y a vingt ans. Ils se comprennent.

– Bon, n’oublie pas ton dîner et mon baiser et pédale pas trop vite. Vous les jeunes vous êtes pas prudents.

Sa mère a des tocs et c’est tant mieux ! Il ne faudrait pas qu’elle se mette à changer les choses de place ! Comment pourrait-il se débarrasser vite fait de son odieux breuvage ?

milk-435295_960_720.png

Publicités

Auteur : hortenseremington

J'aime regarder, écouter, observer, essayer de comprendre, comprendre, aimer, essayer d'aimer, rêver, respirer, voir, sentir, ressentir ... Je suis comme tout le monde.

3 réflexions sur « Émile »

  1. Et bien Emile est un curieux personnage… Il m’a laissé mi-figue mi-raisin. Ni sympathique, ni antipathique. J’aurais bien aimé en savoir davantage sur l’usine de bouchons. Je me demande ce qu’il mange en réalité puisqu’il jette tout ! d’où mon interrogation sur son poste à l’usine. A-t-il des copains avec qui il partage un repas, et si oui préparé par qui… Bref j’en sais trop ou pas assez !

    Aimé par 1 personne

    1. Il ne faut pas rechercher quelque chose de rationnel. Le fils et la mère forment un couple improbable. Chacun est au bord du délire. L’usine de bouchons, c’est pour sourire.
      Émile s’arrête sûrement dans un petit bar où il déguste un petit dîner. Je ne me fais aucun soucis pour lui. Ce sont ses seules dépenses. Il en a donc les moyens !
      La situation doit lui convenir puisqu’il l’accepte depuis plus de cinquante ans.

      J’espère avoir éclairé ta lanterne.
      Merci Sylvie pour ce commentaire.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s