Le mouchoir

 

greylag-goose-63088__340.jpg

Il est assis sur son mouchoir, au milieu du parc, depuis deux heures. Il a décidé que c’était enfin le jour de regarder le monde et ses canards. C’est un grand lieu tout vert, avec des pâquerettes, du gazon, des bancs, des gens et des pancartes. Là où il est installé c’est écrit qu’il est interdit de marcher. Ça tombe bien puisqu’il est assis. Il ne veut pas avoir les fesses de son pantalon blanc toutes vertes alors il a pris ce petit bout de tissu à carreaux que Solange a glissé dans sa poche. Il l’a posé bien à plat dans l’herbe. Solange c’est sa femme.

daisy-1504586_960_720.jpg

C’est beau, ah ce que c’est beau ici ! Ah comme ça fait plaisir de s’asseoir sur le mouchoir de Solange ! C’est pas un ange mais elle a de bonnes intentions. Il faudrait quand-même que je divorce. Changer les habitudes, c’est bien. C’est comme aller au parc quand on n’y est jamais allé. Tiens, en rentrant, je lui ferai ma proposition. Je m’agenouillerai à ses pieds, je la regarderai sans amour et lui tendrai son mouchoir verdi en lui faisant ma déclaration : Solange, oh Solange, veux-tu me « dépouser » ? C’est marrant ça ! Mais où sont les canards ? Bon il me reste les pâquerettes à « ésépaler » : je t’aime, un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout… Et bin oui Solange, je t’aime plus du tout ! C’est fini entre nous, tralala ! Je commence à me sentir léger, léger. Faudrait que je m’envole pour chercher où sont les canards dans ce parc. Je ferme les yeux… et bin non pas d’envol. On m’a volé, on m’a pris mon p’tit plaisir. C’est Solange ! elle a dû me lancer un sort. Il est quelle heure ? Oh flûte, je devais passer prendre le pain !

baguette-177858__340.jpg

– Et bien c’est à cette heure-ci que tu rentres Albert ?

– Oui ma Solange, il y avait des embouteillages et…

– T’es allé où ?

– Au marché d’Aligre !

– Et t’as pas trouvé de baguette ?

– Y en avait plus mais regarde, j’ai pas perdu le mouchoir.

– Faut te faire soigner Albert, ça va plus du tout, ça fait trois heures que t’es parti !

– Oh ma chérie, pardonne-moi, je ne le ferai plus.

– Tu ne feras plus quoi ? Tu me fais peur là !

– Je ferai le ménage, la cuisine, la vaisselle. Je viderai les poubelles.

– Tu ne feras plus quoi Albert ?

– Oh Solange, ma douce, mon cœur, ne me quitte pas !

– Ouais, va mettre la table, on en reparlera plus tard, le poulet va cramer.

chicken-875268__340.jpg